[Grand Stade] Un recours contre l'abandon du naming par la communauté urbaine de Lille a été déposé au tribunal administratif...
Note des utilisateurs: / 8
MauvaisTrès bien 
CLUB - Grand Stade
Écrit par Arnaud   
Jeudi 22 Août 2013

Le tribunal administratif de Lille va devoir statuer sur la légalité de la procédure pour l’attribution du nom Pierre Mauroy au Grand Stade de Lille. La raison? Un recours déposé, mardi, par Eric Darques, membre du bureau de l’association de lutte contre la corruption, Anticor. Comme l’annonce La Voix du Nord. Cet ancien élu de Lambersart (près de Lille) conteste la manière dont la communauté urbaine de Lille se prive délibérément de la recette commerciale (estimée entre 3,2 et 3,8 millions par an) que devait lui apporter le naming du Grand stade.

Martine Aubry: «C’est un mauvais procès»

Le 21 juin, les élus de LMCU avaient voté une délibération pour baptiser ce stade, Pierre-Mauroy, en hommage à l’ancien maire de Lille, décédé deux semaines plus tôt. «Cette délibération pose deux problème, estime Eric Darques. Elle a été présentée sur table alors qu’il n’y avait aucun caractère d’urgence et la commission des finances n’a pas été saisie. Pourtant, cette décision met en péril le plan d’équilibre financier concernant la facture annuelle du Grand Stade.» «C’est un mauvais procès, réagit la présidente de Lille Métropole, Martine Aubry. Tous les élus étaient unanimes pour voter cette décision, sinon je ne l’aurais pas proposée. Et la notion d’urgence s’explique par le fait qu’il fallait faire fabriquer et poser les nouveaux panneaux de signalisation du stade. Quant aux financements, il reste des espaces de commercialisation pour les grands partenaires qui, j’en suis persuadé, devraient rapporter 1,4 millions par an à LMCU. Nous y travaillons.»

Eric Darques dénonce «un excès de pouvour de Martine Aubry»

Eric Darques dénonce aussi «un excès de pouvoir de Martine Aubry, qui a refusé une offre ferme du sponsor du club de Lille, Partouche». Argument rejeté par la présidente de Lille métropole. «La proposition de 2 millions d’euros par an de Partouche incluait aussi des prestations facturées à hauteur de 600 000 €, explique Martine Aubry. Ce qui fait que l’offre nette de naming n’était que de 1,4 million, soit ce que devrait nous rapporter les espaces grands partenaires. Rien n’a été bradé, au contraire». Par ailleurs, une information judiciaire reste ouverte sur les conditions d’attribution du marché de construction du Grand Stade au groupe Eiffage, suite à une plainte déposée en février 2012, déjà par Eric Darques.

Gilles Durand, à Lille
Mise à jour le Jeudi 22 Août 2013
 
 

Twitter @ALL DDN

Liens commerciaux